PANIER DE LÉGUMES BIO EN LOT-ET-GARONNE

Faut-il tuteurer les pieds de tomates ?

retour au sommaire des astuces

Généralités

La culture de la tomate peut s'envisager selon plein de façons différentes.
On peut, au choix, cultiver la tomate;

  • En la tuteurant le long d'un fil ou d'un piquet,
  • En buisson sur une grille (dite "à tomates"),
  • En buisson à même le sol.

Chaque méthode possède ses avantages et inconvénients.

Le tuteurage prend du temps par sa mise en place et son enlèvement. Il impose également plus d'entretien sur les pieds qui doivent alors être taillés pour limiter les effets néfastes d'une trop forte densité.
Le tuteurage limite également l'action de désherbage au tracteur, qui devient impossible dès lors que les plants sont tuteurés.
Or, il ne faut pas attendre trop longtemps pour tuteurer les plants, car s'ils sont trop grands, on prend le risque de les casser au moment de les fixer sur le tuteur.
Le tuteurage offre, par contre, l'avantage de permettre une plus forte densité des pieds au mètre carré (deux rangs par planche), et par là même, un meilleur rendement.

La culture en mode buisson, quant à elle, prend beaucoup moins de temps, à la fois pour sa mise en place et pour l'entretien de la culture (qui n'est pas taillée dans ce cas).
Elle permet également de mécaniser le désherbage assez tardivement dans la saison, car même s'ils sont grands, les pieds de tomates supportent très bien un désherbage au tracteur.
Elle offre par contre, un rendement au m2 médiocre par rapport au tuteurage, car:

  • la culture ne se fait que sur un seul rang, avec un écartement entre les pieds plus important qu'en mode tuteuré, pour que les plants puissent s'étaler sans se recouvrir les uns les autres, et éviter ainsi une densité de feuillage trop important.
  • les pertes dues aux fruits qui touchent le sol sont plus importantes, du fait des limaces et rongeurs, et surtout de l'humidité si l'été est pluvieux.

On peut, dans une certaine mesure, limiter les effets négatifs du deuxième point en pratiquant la culture sur grille à tomates qui diminue le nombre de fruits en contact avec le sol.
En 2015, lors d'un été sec, j'ai pu constater environ 30% de pertes en moins, sur des tomates buissonnantes sur grilles par rapport à des tomates buissonnantes au sol.
Certaines variétés de tomates s'abîment moins que d'autres au contact du sol (peau plus épaisse, moins d'appétence pour les prédateurs). On peut donc aussi privilégier ces variétés quand on ne possède pas de grilles. Voir la rubrique les résultats d'expérimentations sur les tomates pour plus de détails

Dans quel cas tuteurer le pied de tomate ?

Compte des avantages et inconvénients cités plus haut, chacun trouvera le compromis qui lui convient, selon ses propres contraintes.

Pour ma part, j'ai fais le choix de tuteurer toutes mes tomates sous abri pour densifier au maximum la culture dans ce contexte plus favorable à la maîtrise des maladies.
Par contre, toutes mes tomates en plein champ se font en mode buissonnant, certaines sur grilles et d'autres non.
Compte tenu de mon expérience de 2015, je vais probablement passer toutes mes cultures extérieures sur grille en 2016, car je pense que l'achat d'une grille doit pouvoir s'amortir sur une ou deux saisons.

Comment tuteurer le pied de tomate ?

Même si vous ne possédez pas de barres de culture dans votre tunnel, vous pouvez néanmoins tuteurer vos cultures sur un fil en utilisant cette astuce.

Le fil d'attache de la culture se fait bien souvent avec de la ficelle sisal (utilisable une seule saison et entièrement d'origine végétale donc biodégradable).

Comme j'aime bien l'idée de pouvoir ré-utiliser mes ficelles, plutôt que d'en racheter tous les ans, j'ai commencé par tuteurer mes tomates avec de la ficelle polyéthylène.
Attention cependant à en choisir une de bonne qualité, car certaines ne tiennent qu'une seule année ...

Depuis 2015, j'utilise un tissu plus ou moins extensible (genre lycra) vendu en bobine dans les magasins spécialisés en viticulture, entre autre.
Les vignerons utilisent en général ce tissu pour attacher le pied de vigne sur un piquet en bois.

Ce tissu possède l'avantage et de se détendre au fur et à mesure du grossissement du pied, ce qui permet à la plante de grandir sans gêne. Le fil polyéthylène, quant à lui, rentre dans la chair de la plante.

Je n'ai pas encore assez de recul pour savoir si cela est intéressant ou non sur le long terme, mais cette technique semble prometteuse.

Il faut juste veiller à bien tendre le tissu au moment de sa pose, pour que le poids du futur pied (avec les tomates) se soit pas trop lourd et détende le tissu au point de faire traîner les fruits sur le sol.

Accéder à la fiche culture de la tomate

retour au sommaire des astuces