PANIER DE LÉGUMES BIO EN LOT-ET-GARONNE

article précédent : création d'une butte "lasagne"
article suivant : Mise en place des premiers arbres et arbustes fruitiers

Création d'une planche de cultures sur base de carton.

Le premier type de butte mise en place sur la parcelle était une butte "lasagne" qui présente pas mal d'avantages mais aussi l'inconvénient d'être longue à préparer.

Le deuxième type de planche de cultures sera plus rapide à mettre en place, car elle nécessite beaucoup moins de matières organiques à récolter.

Le principe est en très simple:

Schématiquement cela donne cela.

Schéma de principe d'une planche carton

En plus d'être rapide à mettre en place, l'avantage de ce genre de planche est qu'on peut facilement y implanter des arbres lorsqu'on veut pratiquer l'agroforesterie. Par contre, le sol se réchauffe moins vite que sur une butte "lasagne", et les éventuels excès d'eau sont directement en contact avec les cultures.

Donc, a priori, les cultures devraient s'y développer moins vite. On verra si cela se confirme sur les résultats de la première campagne de cultures.

Première étape: travail rapide du sol.

Le but de cette étape est d'avoir une structure de sol accueillante pour les futures plantes, et de limiter l'implantation des futures adventices, en leur mettant une bonne claque avant de les couvrir !

Pour cela, on va aérer au maximum ce sol, en passant soit le cultivateur - si on peut ou veut travailler une dernière fois au tracteur - soit la grelinette pour un travail manuel.

Ici, le résultat du travail avec le cultivateur (partie gauche de la photo).

Résultat du travail d'un cultivateur

Si cela s'avère nécessaire, on passera un rapide coup de râteau pour niveler au mieux cette surface de sol, car une fois le carton posé dessus, on ne pourra plus intervenir, et au moment de la plantation, il serait gênant de tomber dans un trou à l'emplacement du plant ! Donc mieux vaut que la surface du sol soit relativement plane.

Il n'est, par contre, pas rigoureusement nécessaire d'avoir une structure de sol bien affinée et homogène. C'est évidemment préférable pour les toutes premières cultures, mais pas strictement nécessaire sur le moyen terme, car les racines des cultures que vous allez mettre en place, et toute la vie du sol feront très bien le travail pour vous.
Il n'y a qu'à regarder la structure du sol laissée par une mâche ou des poireaux pour s'en convaincre.

Deuxième étape: placer des cartons sur le sol.

On place donc ensuite sur le sol une couche de cartons, mais pas n'importe lesquels ! La sélection est une étape nécessaire et très importante.

Je vous invite à la plus grande prudence vis-à-vis de l'origine de ces cartons, car ceux qui ont voyagé par container depuis l'autre bout de la terre ont très souvent été traité contre les insectes. A proscrire donc.

Il faut également écarter les cartons imprimés car les encres utilisées comportent la plupart du temps des substances chimiques toxiques pour la vie du sol.

Enfin, il faut privilégier les cartons simple épaisseur car bien souvent les cartons multi-couches sont assemblés avec des colles peu recommandables.

Bien ! Une fois le tri effectué, il reste à nettoyer ces cartons de tous les autocollants et autres rubans adhésifs qu'ils comportent bien souvent.
Ça évite de se retrouver avec ça dans l'assiette !

Et là, l'étalement sur le sol peut enfin commencer !
Une seule couche est nécessaire.

Couvert de carton

Par contre il faut veiller à ne pas laisser de jour entre les différents cartons ou entre les pliures d'un même carton, car le moindre espace de lumière sera utilisé, à coup sûr, par les adventices.

Enfin, selon la saison et les besoins, il peut être nécessaire de bien humidifier ces cartons en les arrosant copieusement.
Dans mon cas, cela n'a pas été nécessaire car ces planches ont été faites pendant la saison humide, et sur un sol qui retient naturellement très bien l'humidité.

Dernière étape: couche de végétal vert broyé recouvert d'un paillis.

La couche de cartons installée sur le sol a introduit un apport important de carbone qu'il convient d'équilibrer avec un apport de matières organiques azotées.

Pour cela, on va déposer sur la couche de cartons une couche d'environ 15/20 cm d'épaisseur de matières végétales vertes fraîchement broyées.
Dans notre cas, de la féverole qui vient de succomber à la première gelée.

Couvert de végétal vert

Et comme d'habitude, on recouvre le haut de la planche par un paillis. Ici, de la paille de triticale (au fond de la planche).

Couvert de végétal vert et paille

Et puis, c'est tout ! La planche est prête à accueillir les premières cultures.

article précédent : création d'une butte "lasagne"
article suivant : Mise en place des premiers arbres et arbustes fruitiers
retour au sommaire sur la permaculture