PANIER DE LÉGUMES BIO EN LOT-ET-GARONNE

article précédent : création d'une planche cartonnée

Mise en place des premiers arbres et arbustes fruitiers sur la parcelle expérimentale de permaculture.

Généralités.

Bien souvent en permaculture, il y a une zone dédiée aux arbres fruitiers; certain.e.s appellent cette zone "la forêt comestible" car en général tous ces arbres produisent des fruits comestibles.

Sur la ferme, il est prévu d'avoir un tel espace, mais pour le moment ce n'est pas de cela dont il s'agit.
Dans un premier temps, il s'agit d'implanter au milieu des futures cultures de légumes, des arbres et arbustes de toutes sortes (comestibles ou non), pour faire un peu d'agroforesterie au sein de la parcelle de permaculture.

Parler ici de l’agroforesterie en général déborderait très largement le cadre de cet article et même du site !
Les références sur le sujet sont très nombreuses, aussi bien sur papier que sur l'internet.
En deux mots, pour celles et ceux qui ne connaissent pas le sujet, il s'agit de faire des grandes cultures (blé, ...) ou des cultures légumières en association avec des arbres. Et faire en sorte que tout ça cohabite harmonieusement, en s'apportant des bienfaits réciproques.

On peut résumer ça en disant qu'on soigne les plantes par les plantes, en les associant astucieusement, ce qui est tout à fait dans la philosophie de la permaculture.

Critères de choix des variétés.

Comme pour les légumes, le choix des essences des variétés d'arbres s'est fait en privilégiant les variétés anciennes.

Dans le Lot-et-Garonne se trouve un conservatoire régional des variétés anciennes d'arbres et arbustes.
Ce conservatoire possède un catalogue de variétés anciennes vraiment impressionnant de diversité, rien qu'avec des variétés présentes en Aquitaine depuis des générations.
Toute la difficulté est alors de faire un choix parmi un catalogue aussi vaste.

Bien que la culture de ces arbres soient conduite selon les critères de l'agriculture biologique, comme le conservatoire n'a pas fait la démarche de se faire certifier, les plants achetés ne possèdent pas le label bio.
La production des fruits ne pourra donc pas être vendue avant trois ans en bio. Pas très grave car, dans un premier temps, la production sera tellement modeste qu'elle servira en auto-consommation. De plus la plupart des plants achetés sont tellement jeunes qu'ils ne vont pas démarré leur production avant trois ans au moins.

Les critères retenus pour faire ce choix ont été les suivants (par ordre décroissant d'importance):

  • la diversité des espèces, pour avoir un maximum de fruits différents produits sur la ferme,
  • la rusticité des variétés pour une moindre sensibilité aux ravageurs et parasites,
  • la qualité gustative des fruits, car c'est quand même là l'essentiel !
  • la période de maturité de la variété de manière à étendre la période de récolte pour un fruit donné.
  • les goûts personnels du producteur ! (ben oui, ça compte quand même au moment de manger les fruits invendus ;-) !).
  • l'âge de l'arbre en privilégiant les jeunes arbres, qui auront ainsi tout le temps de s'adapter au terroir. C'est aussi un critère économique, car plus l'arbre est âgé, plus il est cher.

Les variétés d'arbres et arbustes retenues.

Au final, avec tous ces critères, la liste des variétés retenues pour les arbres fruitiers est la suivante:

  • Amandier Ferragnes - prunus amygdalus,
  • Abricotier muscat de Clairac - prunus ameniaca,
  • Cerisier Abouriou - prunus avium,
  • Figuier Ronde de Bordeaux - ficus carica,
  • Noisetier Ségorde - corylus avellana,
  • Pêcher Roussane de Monein - prunus persicae
  • Poirier Boutoc - poire d'Ange - pyrus communis
  • Pommier Fenouillet Aubert - malus domestica

Et pour les arbustes, le choix s'est porté sur:

  • deux Arbousier compact - arbutus unedo,
  • deux Cassis Andega - ribes nigrum,
  • deux Cassis Noir de Bourgogne - ribes nugrum
  • deux Groseiller Junifer - ribes vulgare,
  • deux Feijoa Gemini,
  • Myrtillier Arbustif Estive - vaccinium corymbosum,

Le coût des achats.

Achetés en 2016, l'ensemble de ces arbres et arbuste a coûté 262€ HT.
Cela peut sembler cher, car le conservatoire pratique des prix relativement élevés.
Mais il faut relativiser, car d'une part ces variétés sont pour la plupart introuvables ailleurs, et qu'elles ont été acheté pour la plupart à l'unité et pour un volume global limité.
Je pense qu'en faisant une commande en gros, les tarifs peuvent baisser. Ce sera peut être le cas au moment de l'implantation d'une forêt comestible, car le nombre d'arbre et d'arbuste sera plus conséquent.

L'implantation dans la parcelle de permaculture.

Pour ne pas créer une trop forte concurrence pour les légumes, il faut espacer largement l'implantation des arbres.
Les arbres sont plantés sur la planche 1 puis la planche 5. L'écartement entre les arbres sur une même planche est au minimum de quatre mètres.

Tous les arbres plantés ont été protégé contre les attaques de chevreuil.

Entre les arbres, sont implantés les arbustes, tous les mètres ou deux mètres, selon leur envergure.

Sur une planche - provisoirement - nue, cela donne ça.

Plantation d'arbres et arbuste sur une planche nue

Et sur une planche cartonnée, on obtient cela - avec à l'avant plan un arbousier, et un peu plus loin un noisetier.

Plantation d'arbres et arbuste sur une planche carton

A noter que cette première plantation sur la planche cartonnée a donné lieu à un premier enseignement prometteur.

article précédent : création d'une planche cartonnée
article suivant : Mise en place d'une spirale d'aromatiques
retour au sommaire sur la permaculture